fbpx
JE COSMETIQUE

Les neurosciences ont mis en évidence que ce que l’œil voit, l’œil croit. Et ceci les marketeurs des cosmétiques l’ont bien compris.  

L’univers de la cosmétique n’est que douceur et volupté. Elle nous fait rêver grâce à ses égéries au teint parfait qui ne semblent jamais vieillir ni avoir un bouton. Mais si on s’intéresse d’un peu plus près à la composition des produits de beauté, on déchante !

Une grande proportion des produits est composée de produis dérivés de la pétrochimie et matières synthétiques peu recommandables. Mais le discours marketing nous présente ces produits comme le fruit de recherches scientifiques des plus pointues, ou comme la quintessence de ce que le règne végétal peut apporter à notre peau.

Même s’il est agréable d’y croire il faut admettre qu’il y a souvent un décalage entre la composition du produit et ce que l’on nous vend . On appelle ceci du brainwashing.

Aussi, l’intérêt pour les produits naturels et bio étant grandissant, on observe aussi une variante appelée le greenwashing.

Qu’est-ce que le brainwashing cosmétique ?

 

Brainwashing peut être traduit en français par lavage de cerveau. 

Le mot « greenwashing » est une contraction des mots « green » (vert, écologique) et « brainwashing » (lavage de cerveau). En français, on peut le traduire par «écoblanchiment»

Ce lavage de cerveau se fait sur 2 axes

La promesse…Et les ingrédients !

Tout d’abord La promesse, le marketing cosmétique nous conditionne à une quête un peu folle du produit miracle, en créant une frénésie de l’innovation, du pseudo-scientifique et de la consommation. On nous fait croire que les cosmétiques sont capables de nous garantir une jeunesse éternelle et qu’ils sont toujours plus innovants.

La dernière crème miracle remplace la précédente et ainsi de suite… C’est une course folle à la consommation et aux promesses extravagantes

D’autre part, Les ingrédients ; on nous laisse penser que les produits cosmétiques ne contiennent que des ingrédients bienfaisants pour la peau, sans jamais parler des dangers possibles à long terme ni de la nature réelle de ces ingrédients le plus souvent synthétiques. Certes, les produits cosmétiques du commerce répondent à des règlementations strictes, mais il est aujourd’hui souvent rappelé que beaucoup d’ingrédients cosmétiques ne sont pas sans danger pour la santé ou l’environnement à long terme.

Certaines marques se donnent une image écologique et responsable, alors qu’en fait, ce n’est pas vraiment le cas.  Parfois, ça cache même des pratiques pas très jolies.

Image de marque contradictoire, campagnes de pub trompeuses, packagings fourbes… Ô, planète Beauté et ton univers impitoyable !

 

Comment essayer d’échapper à ce brainwashing ?

Il n’est pas toujours facile de se détacher de ses arguments publicitaires car nous sommes conditionnés dans notre consommation. Et puis les cosmétiques sont aussi un moment plaisir, il est donc agréable d’y croire.

Essayons tout de même de faire la part des choses pour consommer mieux. C’est-à-dire de façon plus raisonnée, plus écologique et souvent plus efficace.

Le Packaging

L’aspect et le packaging sont les premiers outils du brainwashing et greenwashing. Un emballage luxueux valorise le produit et permet de le vendre plus cher.  Un emballage vert avec des illustrations végétales laisse à penser que la composition est végétale mais souvent il n’en est rien.

La Caution scientifique

La science est la caution absolue pour les marketeurs qui abuse de langage scientifique. Certains mots reviennent très réguliérement

 « prouvé scientifiquement ». Il s’agit en fait d’études cliniques effectuées sur peu de personne avec des questions très orientées. Les résultats sont donc à considérer avec beaucoup de prudence.

Cette marque a même décidé d’écrire le résultat de ses tests dans les caractères les plus gros de l’emballage car n’oubliez pas, ce que l’œil voit, l’œil croit

 

 

 

Recommandé par des dermatologues. Cela ne veut pas dire sain ou naturel

 

 

 “Brevet déposé”   Le dépôt de brevet pour les cosmétiques permet aux étiquettes de vous jeter beaucoup de poudre aux yeux, même si la créativité revendiquée est relative. Ce qu’on ne vous dit pas, c’est qu’un brevet cosmétique peut s’adresser aussi bien à un nouveau bouchon, qu’à un nouveau principe actif ou à une méthode d’extraction. Donc une marque qui a réussi à breveter un nouveau mode d’extraction de plante pourra mettre «  breveté  » sur tous ses produits contenant des plantes extraites de cette manière. Bingo ! 

Aussi on trouve beaucoup de nom suivi des symboles ®, ™ ou encore ©. On peut supposer que ceci indique une formule brevetée extraordinaire mais non. Ceci désigne un nom de marque enregistré dont les droits sont protégés mais n’implique aucune action ou recherche scientifique.

 

Le Prix psychologique

Gardez en tête qu’un prix élevé ne garantit pas une qualité supérieure ou une meilleure efficacité

 

La Publicité

Les publicités usent et abusent d’images faisant rêver avec de somptueuses égéries dans de somptueux lieux semblant avoir une vie splendide. Les publicités jouent aussi avec les mots et les non-dits. tout est bon pour suggérer la naturalité de façon suffisamment floue pour ne pas tomber sous le coup de la publicité mensongère.  Le nom même du produit peut subtilement évoquer une revendication.

Ici, c’est le nom de la marque. Si on vous dit erborian, vous pensez herboriste donc plantes donc nature. Les illustrations de nature ajoute encore à cette perception. Mais il n’en est rien. Ces produits sont composés de silicones, phenoxyethanol,PEG,..

Prenons aussi l’exemple de Bioderma ou encore de BIOIL ou le préfixe bio suggère un produit bio. Et non!

Bioil, ce nom peut faire penser à un mélange d’huile végétale bio mais en fait le produit est composé majoritairement de 2 huiles minérales.

Et si…

Restez vigilants, Ne vous laissez pas aveugler par les apparences.

Difficile mais la seule garantie d’un produit sain , naturel et apportant à la peau reste la liste des ingrédients (liste INCI).

Souvent, lorsque la liste est longue et la plupart des noms incompréhensibles, c’est mauvais signe. La présence, entre autres, de parfums de synthèse, de colorants de synthèse, de silicones et de glycols doit tout de suite alarmer le consommateur sur une possibilité de greenwashing.

Il est préférable de se tournant vers des matières plus nobles et réellement naturelles telles les huiles végétales, les huiles essentielles, les argiles, les beurres et les produits faits maison.

Pas facile allez-vous me dire et vous avez raison.

Si vous voulez consommez différemment, allez-y pas à pas. Focalisez-vous sur un produit à la fois sous peine de se noyer et de se décourager.

Pour vous aider des applications permettent de décrypter plus facilement les produits. Je vous invite à les essayer.

Aussi je me propose de vous y aider. Laissez-moi votre mail ci-dessous pour recevoir mes conseils !!

Autre piste, Assister à un atelier cosmétique DIY permet de comprendre comment le produit est fait et quels sont les ingrédients nécessaires.

 

En complément

Venez à un atelier cosmétique !

Crème sur mesure

Réalisez votre crème sur mesure avec l’hydrolat et les huiles végétales dont votre peau a besoin

Stick à lèvres sur mesure

Réalisez 3 sticks à lèvres avec les beurres, huiles végétales de votre choix et aux couleurs de vos envies

Rituel de soin

Réalisez  une mousse nettoyante, une crème sur mesure et un soin ciblé pour un rituel de soin complet